32 Hivers…

Tu la vois cette jeune fille de 17 ans ? Elle t’admire… Elle est impressionnée par ta réussite professionnelle, par ce que tu as réalisé, ce que tu as construit. Elle espère pouvoir en faire autant et atteindre ces mêmes objectifs quand elle aura ton âge. Elle est envieuse de la vie que tu t’es construite et de l’équilibre parfait que tu a su créer entre ta vie de famille et ton travail. Elle rêve du poste que tu as aujourd’hui. Tu as réussi, ce sont ses termes. Et elle attends la même chose pour elle. Alors elle travaille dur, tous les jours, elle se met la pression, elle s’en rend malade au point de vomir chaque dimanche soir en raison de l’angoisse qui l’habite à l’idée de ne pas être à la hauteur le lundi suivant. Il faut qu’elle réussisse.

Tu la vois cette jeune fille de 18 ans ? Elle y croit, elle a la niak, mais elle ne sais pas encore. Elle ne sait pas encore ce que la vie lui réserve. Elle ne sait pas qu’elle réussira merveilleusement ses études de secondaires. Elle aura son bac haut la main, boudera la prépa (et la bourse qui va avec) pour intégrer le BTS qu’elle voulait. Celui en alternance, pour gagner son pain et partir voler de ses propres ailes au delà du domicile familial. S’émanciper, c’est finalement le rêve inavoué qu’elle aura.

Tu la vois cette jeune fille de 19 ans ? Elle se perd dans son cursus, enfin c’est plutôt qu’elle ne s’y retrouve pas. Elle ne sait plus pourquoi elle est là, mais elle le fait. Elle s’obstine un peu, beaucoup même, en se disant qu’il faut forcer un peu les choses, qu’elle finira par aimer le métier qu’elle apprend. Et puis elle gagne un salaire, elle va bientôt déménager, quand elle aura son diplôme. Alors il faut qu’elle continue. Et puis, elle fait résonner en elle le fait qu’elle aime terminer ce qu’elle entreprend. Finir, aller au bout, elle compte les mois qui lui reste.

Tu la vois cette jeune fille de 20 ans ? Ca y est, elle l’a son BTS ! Elle est enfin arrivé au bout. Mais si elle doit faire le bilan de ses deux années c’est que finalement elle ne l’aime toujours pas ce métier. Mais c’est pas grave, elle va chercher du travail. Après tout, elle aura bien toute la vie pour aimer ce qu’elle fait, non ? Et puis non en fait ! Elle ne l’aimera pas, jamais, faut être lucide. Elle le devient. Alors elle plaque tout. Oui mais pour quoi, pourquoi ?

Tu la vois cette jeune fille de 24 ans ? Ca y est, elle l’a son nouveau BTS ! Après plusieurs années de galère, de petits boulots et de révisions, elle le tient le job de ses rêves ! C’est parti ! L’avenir tout tracé… Enfin, ce qu’elle croit.

Parce que non ! Rien n’est tracé. A 26 ans, elle se retrouve face à des choix. Et elle fait un pari sur l’avenir, sa vie de famille. Elle claque tout, elle part, change de région, suit l’amour de sa vie après 2 ans à vivre leur vie par procuration, à distance l’un de l’autre. Et son boulot alors ? Elle verra, elle trouvera bien quand ce sera le moment.

Tu la vois cette femme de 27 ans ? Ca y est, elle a le plus beau rôle de sa vie. Elle est maman… C’est bien ce qu’elle t’enviait non ? Une famille ? Oui, la voilà.. Mais attends, elle ne travaille pas ? Elle cherche au moins ? Mais elle a vraiment tout essayé ? Cherché toutes les solutions ? Oui, bien sur ! Enfin elle croit… Elle n’est plus sûr… Finalement, les autres ont peut être raison. Si elle ne trouve pas c’est qu’elle ne cherche pas bien. Après tout, pourquoi cette branche serait bouchée ? Elle devrait peut-être accepté de bosser plus loin, Tan pis pour la vie de famille… Son rêve c’était pas de réussir dans la vie, non? D’avoir « réussi » à 30 ans ?

Tu la vois cette femme de 29 ans ? Elle a trouvé un job. Pas celui pour lequel elle a étudié mais il a le mérite d’être près de la maison et elle travaille 4 jours par semaine. La chance !! Oui, bon elle commence tôt et ne finit pas avant 19h chaque soir quand elle ne prends pas de retard dans sa journée. Elle rentre pile pour faire un bisou de bonne nuit à sa fille. C’est déjà bien, non ? Les angoisses ? Oh ça finira par passer. L’angoisse du début, n’est ce pas ? Non, en fait. Ca ne passera pas ! Ca va devenir de pire en pire ! Barre toi ! Fuit ! Tu te détruit là ! La réussite, à quel prix ?!

Et puis elle s’en ira. Elle se sentira nulle, une moins que rien. Celle qui ne va pas au bout des choses… Jamais. Un boulet pour tous ! Pour son mec, pour sa fille, pour la société. Mais elle se relevera. Parce que mine de rien, elle parait pas, mais elle est forte. Elle s’en rendra compte, après coups, bien plus tard… en écrivant ces lignes…

Tu la vois cette femme de 30 ans. En deux secondes, elle s’est sentie propulsée dans son rôle d’adulte quand elle a perdu son papa. L’évènement le plus dur de toute sa vie. Ca la ramènera à l’essentiel… sa famille, sa santé mentale. Le fric, la réussite ? Mais c’est quoi la réussite en faite ?

La réussite ca veut tout et rien dire. La réussite à une définition propre à chacun, propre à chaque âge.

Oui mais alors SA réussite, c’est quoi ?

Sa réussite, c’est entendre le rire de ses enfants claquer du fin fond de leur gorge, jusqu’à en avoir le rose au joues. C’est s’émerveiller d’une nouvelle compétence acquise par l’un de ses petits bouts de chou et de se sentir gonfler de fierté quand elle se rend compte qu’elle ne les a pas si mal accompagné. C’est avoir le coeur qui explose à chaque calin partagé et a chaque « je t’aime » murmuré. C’est ce liquéfier, devenir tout chamallow quand chacun se partage un regard qui traduit ce qu’ils ressentent sans rien se dire. C’est se sentir en sécurité dans les bras de celui qu’elle aime depuis bientôt 15 ans et sentir encore et toujours la même étincelle qui l’anime quand elle est à ses côtés…

La réussite, SA réussite, c’est ses filles, son amoureux, sa famille et ses amis qui se sont greffés au fur et à mesure du temps le long de son chemin tortueux.

Sa réussite, c’est sa lucidité face au fait que rien n’est parfait et ne le sera jamais. Sa réussite, c’est son combat quotidien pour atteindre les objectifs qu’elle se fixe et rendre sa vie, leur vie meilleure. Sa réussite c’est prendre confiance en elle, oser…

Je te demande pardon, à toi la jeune fille de 17 ans que tu es aujourd’hui parce que tu ne seras jamais cette femme de demain que tu imaginais. Je te demande pardon pour ce que vas vivre à cause de moi. Pour ce chemin de désillusions que tu vas emprunter. Tu vas vivre des hauts, des bas. Tu vas te sentir perdue, abandonnée par moi. Je te demande pardon. J’aimerais te serrer dans mes bras et te dire que ça va aller. Te rassurer et te dire que ta voie professionnelle tu vas l’a trouver… un jour. Mais pas tout de suite, pas à 20, 25 ni même 30 (32?) ans. Tu vas te chercher, longtemps, et puis tu lâcheras prise. Qui vivra verra…

Quand tu auras 32 ans, 32 hivers…

J’ai eu 32 Hivers…

7 commentaires sur “32 Hivers…

  1. Un texte plein d’émotions. Tu n’as pas à avoir honte d’avoir eu le courage de changer de voix, de vie.
    Je suis même admirative de ce que tu fais, de ce que tu deviens et te suis (même d loin) dans ton univers de perles, créatif.

    Aimé par 1 personne

  2. Bravo c’est très émouvant ce que tu écris j’aurais pu écrire la même chose mais je n’ai pas eu ton courage ni ta lucidité c’est vrai qu’à un moment de ma vie on a décidé Marco et moi de nous lancer dans notre entreprise et ça fait 34 ans ( 34 hivers 😜) c’était plus le choix de Marco et je l’ai accompagné mais aujourd’hui avec le covid qui m’a scié les pattes j’ai envie d’arrêter je ne sais pas si on recouvrira j’ai envie de vivre une autre vie. Alors j’espère avoir cette force de décider Je t’admire 👏🏼 J’espère qu’elle tu vas nous concocter un nouveau personnage inspire de ta vie 😜😘😘

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup Marie. Ton commentaire me touche… J’ai peu de confiance en moi et j’ai du mal à imaginer que je puisse être courageuse ni inspirer qui que ce soit. Le covid, le contexte nous obligent à nous réinventer. Vous rebondirez, je te souhaite de vivre la vie qui te fait rêver ❤ Pleins de courage

      J'aime

  3. Ce n’est pas évident de trouver sa voie quelle soit familiale ou professionnelle dans le monde actuel dicté par des codes. Il y a quelques années en arrière, il était mal vu pour une femme de travailler alors que maintenant c’est limite l’inverse, si on se consacre à sa famille, la critique est facile.
    Le plus important c’est le bonheur, l’équilibre intérieur.
    Ce n’est pas aisé de se poser les bonnes questions, de faire un retour sur soi et pour ça que je suis admirative.
    Tu es une super personne, une maman super et une créatrice épatante.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s